ÉDITORIAL

Martelant l’idée que les votes s’achètent et que le pouvoir est donné par les ambassades étrangères, nos dirigeants affichent un mépris délirant aux aléas de ce stoïque peuple qui ne demande pas trop. Ils s’inscrivent même en faux contre toute pensée progressiste et intellectuelle pour mieux amadouer ce dernier, ils l’ont fait gobé toutes sortes de betises tout en prenant soin d’inculquer dans la tete de beaucoup une haine viscerale pour l’intelligentcia haitienne. c’est la chasse aux lettrés. Les plus capable sont sacrifiés sur l’autel de la mediocrite. Haiti souffre, et sa maladie laisse prevoir sa fin. Encore, ses soi-disants dirrigeants s’enfichent. Ils ne parlent et ne comprennent qu’une langue celle de la violence, du < krazé brizé>. Les decisions du < President> viennent toujours apres de grandes manifestations populaires. Il faut detruire pour qu’il intervienne! Serait-il insencé de lui rendre responsable pour les pertes que le pays ait connu durant ces derniers mois?

Kant ramenait les problemes de l’exitence a ces trois interrogations: que puis-je savoir? Que dois-je faire ? Que m’est-il permis d’esperer ? Des questions qui me hantent au quotidien dans l’haïti de Jovenel. Des questions que nous devrions tous nous poser, car la politique n’est pas seulement une affaire de politiciens traitant des problemes politique. Elle concerne notre education, notre famille et notre future. Elle construit la societe dans laquelle nous vivons(1) . Il n’y pas de plus criminel que celui qui assiste a la destruction de son pays sans dire un mot. Nous sommes tous coupable de notre inertie, de notre refus d’accompagner le peuple, de l’aider a se frayer un chemin sur la voie du progres. Je salue la demarche du philosophe Rodrigue adrien qui propose un grand combite national pour demarer le pays car les problemes d’Haiti doivent etre les problemes de tous le Haitiens!

Je suis triste, je me languis du changement. c’est la faute de tous ceux qui ont inculque en moi cet Amour que j’ai pour mon pays. Ce pays que je prefere aux grattes ciel de la république étoilée.

Paul Enel Lesperance