La généalogie du nihilisme haïtien

9 January 2019 Par: Adrien Rodrigue

haiti-kids

La décadence de la IIIème république a été programmée par les tournants et les crises superposées que les protagonistes n’ont pas su résoudre à l’amiable. Dans le cas précis d’Haïti, l’erreur se paie des aléas et des crises conjoncturés par le système frappé de caducité depuis le passage de Goudou goudou. En fait, la conjoncture se nourrit de la mauvaise gouvernance et du vagabondage politique magistralement orchestrés par les mercenaires, les bandits légaux et les nouvelle-Haïti-Sceptiques. Au plus fort de la crise, l’imagination de nos dirigeants n’a jamais été aussi biaisée. Nous n’avons pas pu nous élever à la dimension des aléas et tournants incontournables et irréversibles au Carrefour de l’histoire, d’où notre décadence et les turpitudes vécues et subies par la classe moyenne et la classe défavorisée dont la dernière chance de survie est la révolution.

Trois dates sont parlantes dans le cadre de la généalogie de notre dégénérescence : le 30 septembre 1991, le 29 Février 2004, et le 7 Février 2011 marquant la prise du pouvoir par Alibaba à l’aide d’un complot savemment mijoté contre l’état de droit et la démocratie montant en herbe dans l’espace haïtien. Oui, les mercenaires et les marchands de pays ont saigné et Sali l’histoire la plus noble et la plus mythique du pays le plus pauvre économiquement et socialement dans l’occident américain. Oui, à défaut de pouvoir faire le plein à la mamelle de la mère-patrie, ils se sont mis en treize pour saborder et fragiliser davantage le système politique le plus vulnérable économiquement des pays du sud. Tout celà nous laisse croire que le contentieux né de l’abolition de l’esclavage n’a pas été encore entièrement vidé. Il saute aux yeux que notre indépendance est enviable de par la posture affichée par le père de la patrie haïtienne même. Oui, outre le fait que nos dirigeants n’ont pas pu construire une structure à la hauteur de la vision du Lakou incarnée par J.J.D. et la civilisation soleil inspirée du roi H.C., il faut souligner le fait que notre statut de première république soit enviable à plusieurs égards. C’est le moins que l’on puisse dire. L’un des symptômes menant à la diagnostique pour éradiquer le mal-être haïtien.

En plein 21e siècle, le système haïtien accuse le taux de misérabilité le plus élevé de l’hémisphère sud. Notre environnement dégradé, anarchique et désuet, indubitablement, renvoie à l’ère médiévale. Il est constatable et notable que les haïtiens du terroir, mieux la strate la plus négligée, vivent encore à l’état de nature. Ici, chez nous, c’est l’égo, l’instinct grégaire, l’appétit des grands mangeurs du pétro qui régule le chaos. Le rythme du petro faisant déchanter et contre-danser les haïtiens jusque dans les zones les plus reculées même. Toutefois, le nihilisme ambiant semble remédiable, moyennant un vrai combite fédérateur des énergies vitalisantes des Lakous. C’est dans l’incertitude même qu’on peut rendre prévisible l’avenir du Lakou haïtien. En vue d’une futurologie, je préconise l’évaluation des passifs et actifs haïtiens. C’est à l ’aune du passé qu’il faut faire le bilan du présent et mesurer le contour de l’avenir.

On peut redresser la table des valeurs inversée par l’émergence d’Alibaba dans le décor haïtien. On peut décolorer et décliver les enjeux sociaux, économiques et politiques en vue de la construction de nouveaux rapports de force créateurs d’un système plus humain, plus juste et plus inclusif. Le nouvel individu haïtien doit émerger de la déconstruction de la structure barbarisant et anarchique même. Par le biais du combite, on peut arriver jusqu’à rassembler les enfants du LAKOU haïtien en vue de la métamorphose indissoluble. Les ressources humaines du terroir et celles d’outremer peuvent se diluer pour mieux embrasser le projet pharaonique 330 en vue de la collecte des ressources financières nécessaires à l’exploitation des ressources naturelles de l’antre natal. Le combite est créateur de richesse et d’espoir dans un panorama déboisé, dépaysé et surexploité par les colons haïtiens avec la complicité des haineux et des jaloux de l’indépendance et de la posture qu’affiche Haïti, malgré les turpitudes historiques et les aléas politiques et économiques, au 21eme siècle.

Please follow and like us:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *