Penser l’autre Haïti au-delà des clivages, des canons et des clichés.

8 December 2018 Par: Adrien Rodrigue

Penser l’autre Haïti

Haïti est un pays à reconstruire. Unanimement, on est d’accord. Il saute aux yeux que le virage démocratique est incontournable au carrefour de l’histoire. Les crises superposées des tournants programmés par la mauvaise gouvernance ayant conduit à cette impasse. Nous sommes en transition vers la révolution du système haïtien dont les institutions ont produit les mauvais dirigeants, délibérant au nom du peuple. Il faut dire qu’on a enregistré des avancées à l’horizon du panorama haïtien. Le grain du savoir qu’on a semé dans l’esprit des haïtiens a germé la démocratie et l’état de droit. Les grains du changement montent en herbe et fleurissent. L’analphabétisme ne saurait être un prétexte pour taxer les marginalisés de bête. On assiste à un flux migratoire de la zone urbaine au milieu paysan. La société haïtienne se restratifie et les classes traditionnelles semblent se fusionner dans une mosaïque. Bref, l’Haïti de demain sera arc-en-ciel ou elle ne sera pas.

Nous sommes à l’ère de la révolution douce et verte et les aléas économiques, sociaux et politiques semblent activer un nouvel ordre politique en Haïti. Nous sommes dans l’agenda des grands cercles et organisations voulant assister les pays du sud dans la construction d’une structure démocratique, ouverte et inclusive. Je salue ce grand rapprochement entre les strates des classes traditionnelles divisées autour de la gestion du bien commun. En fait, le combite semble le maitre-mot des esprits se reformatant aux cribles des nouveaux canons et clichés devant redessiner le nouveau panorama d’Haïti. Les hommes d’en haut et ceux d’en-bas, sous l’arbitrage de la classe intermédiaire, semblent vouloir se donner la main pour épouser un autre destin : celui devant accoucher la nouvelle Haïti dont nous sommes gros. Nous sommes en marche vers le carrefour où le chaos doit se métamorphoser en un ordre qui régule l’imaginaire de tous. Oui, pour que ça dance, il faut que nous arrivions tous à chanter sur le ton requis dans l’orchestre du 21 siècle.

Vive une Haïti en osmose avec les idées soleil et les valeurs républicaines redéfinies par l’esprit du Lakou. Il est grand temps qu’on nettoie les carrefours et rassemble aux Lakou les esprits formatés et convertis aux idéaux de la civilisation soleil dont les vestiges sont dans le grand nord, notamment la citadelle La ferrière et le palais sans soucis. Le temps est mûr pour qu’on déconstruise ensembles les canons, les clichés et les symboles imposés à l’être du sud en vue de son insertion dans le monde dit civilisé. L’Haïti du 21e siècle doit reconvertir son regard sur ce qui fait écran. On ne peut plus embrasser l’horizon avec les lunettes de nos grand-pères. Au 21e siècle, fort des idées et des valeurs acquises de la remise en question du schéma traditionnel, on est à même de regarder au-delà des canons et des clichés de l’ancien monde.

Nous pouvons décliver le paysage politique actuel, coloré par les intérêts des classes dominantes et dominées en vue de redéfinir les enjeux et construire d’autres rapports de force. Nous ne devons plus nous embourber dans des formules toutes faites de la négritude ou du mulatrisme, c’est l’humanitude qu’il faut construire. C’est l’humain qu’il faut s’ouvrir et non pas des ismes qui doivent nous canaliser au laxisme. Nous pouvons, à la lumière des théories de l’occident, réviser et renforcer nos stratégies et idéologies du sud. La pensée du sud est d’abord théories et idéologies occidentales,praxis ,savoir-faire et expertise du sud. C’est en praxisant leurs théories ou en théorisant les modes de vie de l’occident qu’on obtient la recette du sud. En clair, notre identité dépend de notre frottement, de notre ouverture à l’altérité. La civilisation soleil, c’est-à-dire le mode de vie du sud, est la synthèse entre les praxis de l’orient et le savoir-faire et l’expertise de l’occident. Ce qui importe pour notre intelligencia et la coopération et la cohabitation des experts du nord et techniciens du sud en vue d’une structure mosaïque. Le mode opératoire du 21e siècle, étant la démocratisation et l’humanisation du système, nous souhaitons un grand équilibre dans la balance mondiale en vue de conjuguer le développement durable et la paix stable dans le monde.

L’espace haïtien est vivable, il suffit de changer le mode opératoire, de révolutionner le système, de modérer les extrémités, de recliver le paysage politique et économique, de construire un autre rapport de force pour qu’on ait l’équilibre dans la balance. La révolution est d’amener les gens d’en-haut et ceux d’en-bas à se réunir autour du projet de l’autre pays. Le vivre ensemble autrement se construit au gré des différences. L’être est dans le respect et le partage des idées et valeurs adoptées ; l’avenir dans le combite fédérateur des énergies positives de l’ADN national.

Please follow and like us:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *